Enfance, jeunesse, premiers écrits

Louis Amade

" Un inconnu célèbre "
Le 13 janvier 1915, naissance,  au repic de minuit  du proche clocher d'Ille S/Têt (Pyrénées Orientales) de Louis Amade, le troisième des cinq enfants de Jean Amade et de Marie-Thérèse Battle.

Condamné par la médecine il est miraculeusement sauvé : " Lorsque j'avais un mois d'existence, je tombai gravement malade et fus porté en clinique, mourant. Mon père et ma mère qui avaient perdu leur fils aîné à l'âge de trois ans d'une méningite, étaient dans un profond désarroi. Les médecins m'abandonnèrent en début de soirée à une réligieuse-infirmière en précisant : " cet enfant ne passera pas la nuit ". La bonne sœur épouvantée, malgré son expérience, devant ce catégorique diagnostic, se mit à genoux et posa sur mon front des reliques de Bernadette Soubirous. A l'instant même que s'accomplissaient ces choses s'ouvrirent mes yeux, respirèrent plus fort mes poumons. La vie revenait dans ce petit corps abandonné par la science de ce temps.(1)
Louis Amade  à 3 mois dans les bras de sa mère  avec  son frère   aîné, Albert.      Photo collection A.A.L.A.
Très tôt, le petit garçon manifeste goût et disposition  pour la poésie. Agé de trois ans, il répond à son père, en promenade ce dimanche-là avec ses deux garçons à Palavas-les-Flots, qui les interroge sur ce qu'ils voient: " Ce sont des papillons "." Mais non , intervient  son aîné, ce sont des  barques ! ". Et Jean Amade de conclure  en s'adressant à Albert : Toi tu  verras les choses comme elles sont ".  Albert deviendra médecin. " Quand à toi, Louis, tu seras poète ".
Le petit garçon habite Montpellier où son père est professeur à la Faculté, mais passe ses vacances à Ille, Céret et surtout dans la ferme de montagne de LA FAGE à Saint Laurent de Cerdans (Haut - Vallespir).
Les vastes forêts de châtaigniers et les sapinières qui entourent cette ferme de montagne lui sont un domaine privilégié. Les histoires merveilleuses que racontent les bergers de son grand-père le soir sous les étoiles ou près du feu de bois qui sent bon le genévrier, le font rêver.
           
Photo M.Morel   Le Mas de La Fage  à Saint- Laurent -de- Cerdans

Je pense que mes yeux se sont ouverts sur le monde dans la montagne catalane à Saint-Laurent-de-Cerdans dans une ferme appartenant à ma famille depuis toujours et qui s'appelle LA FAGE.  Mes yeux d'enfant furent tôt habitués à ces paysages familiers et à cet entourage qui berça mes rêves dès l'abord. Les matins pleins de soleil où dès le seuil franchi, des fleurs de toutes couleurs, de toutes formes et de tous parfums accueillaient mes pas. "
" Je n'ai qu'à fermer les yeux pour me revoir au plein été de ces merveilleuses années qui petit à petit firent de moi, après l'enfance éblouie , l'adolescent inquiet et l'adulte sage.   La seule odeur de  la bergerie qui parvenait dans nos chambres ouvre la serrure de mon enfance comme une clé " (1.)

1.
extrait de " Et ce sera ta passion de vivre : Amade raconte Bécaud. "  Ed.Hachette/RTL, 1982

Il effectue ses études à Montpellier où il obtient licences de Droit et de Lettres ainsi   que les diplômes d'Etudes Criminelles, de Médecine Légale et Mentale et diplôme d'études supérieures de provençal et de catalan. 

Le 15 février 1936, parution sous le nom
de 
Ramon de COSTA, du poème Sur la
tombe d'un ami,
dans
Le Coq catalan,   
hebdomadaire perpignanais du poète
Albert BAUSIL, auquel Louis Amade     
collabore désormais régulièrement. C'est
ainsi que figurent  notamment dans  le n°
du 3 octobre 1936, les poèmes de ses dix
neuf ans :
L'été s'en est allé, Automne et
Soir d'automne. Il n'est pas rare que sa     
signature côtoie celle d'un jeune homme
inconnu, fils d'une famille  amie de la
sienne,
Charles TRENET.

    Albert BAUSIL.
    Photo. Col.AALA
[Haut de Page]
Il anime l'association des étudiants catalans de Montpellier, L'ALZINA, participe à la rédaction de la revue estudiantine LA MARGELLE,  où paraissent ses poèmes et articles, et écrit à ce moment ses premiers textes de chansons Noël des bergers  et  Redis-moi, mis en musique par René Antherieu
Etudes à Montpellier
LA MARGELLE
Noël des bergers et Redis-moi
Le Coq catalan